L’art du camouflage

En traversant les jardins du Palais Royal, je suis tombée  sur une vitrine présentant de sublimes petits carnets de croquis aux dessins très colorés, d’inspiration cubiste et largement annotés.
Il s’agit en réalité d’une exposition (dans les vitrines du ministère de la culture) abordant les différents aspects de l’art pendant la Grande Guerre à travers 15 artistes engagés dans les combats.
Une des vitrines est consacrée au camouflage.
A vrai dire… je ne m’étais jamais posée la question de savoir qui avait imaginé les principes, dessiné les motifs et testé les matériaux les plus appropriés à l’art de la dissimulation !
J’apprends donc que l’on doit le camouflage moderne au peintre Guirand de Scevola. Dès sa mobilisation en 1914, le pastelliste a l’idée de cacher les canons sous des toiles peintes aux couleurs de la nature environnante. Convaincu par ses travaux, le ministre de la Guerre crée, en 1915, une Section Camouflage dont Guirand de Scevola est nommé directeur. La Section s’étoffe et le décorateur André Mare la rejoint dès sa mobilisation : ce sont des pages extraites de sa dizaine de carnets qui sont donc présentées dans les vitrines du ministère.

Après quelques recherches sur le web, je tombe sur l’article passionnant de Cécile Coutin présentant son livre Tromper l’ennemi. L’invention du camouflage moderne en 1914-1918.

Les carnets de Guerre d’André Mare-1914-1918 ont été publiés en 1996 et sont toujours disponibles.

J’ai trouvé les reproductions ci-dessous sur différents sites, ici & ici.

Et en prime, un petit gif animé !

Share on FacebookTweet about this on Twittershare on TumblrGoogle+Pin on PinterestEmail to someone